Rechercher
  • baalorient

L'ATTENTE

Suspendus à l’annonce hebdomadaire, nous attendons de savoir ce que nous pourrons/devrons faire les jours suivants, avec le vague espoir inavoué d’une « bonne nouvelle ».

Il y a un an, nous attendions déjà...nous attendions le retour à ce qui serait désormais « la vie d’avant ».

Nous avons attendu le déconfinement ;

Nous avons attendu l’été, puis nous avons attendu la rentrée.

Nous avons attendu un nouveau confinement, qui pointait son nez sans le dire et nous avons attendu sa levée.

Nous avons attendu les fêtes de fin d’année, fébrilement, avec angoisse, et lorsqu’elles sont passées, nous avons attendu de savoir s’il faudrait les payer d’un nouvel enfermement.

Nous attendons chaque semaine que nous soit annoncé de nouvelles mesures.

Nous hésitons à prévoir... Nous préférons attendre, pour ne pas devoir annuler, pour ne pas s’engager financièrement, pour ne pas décevoir, ne pas être déçus...nous avons tant de bonnes raisons d’attendre !

Voilà un an que nous subissons cette situation. Un an que nous attendons.

Aucun d’entre nous ne sait combien de temps cela va durer, combien de rebondissements, de « vagues », nous devrons traverser.

Et puis ?...

Si cela durait dix ans ?

Avons-nous songé à la douleur d’ouvrir les yeux dans dix ans et voir que nous n’avons rien fait ? Que le monde, bon an, mal an, a continué son chemin, mais sans nous ?

Que nous étions tellement absorbés par l’attente que nous n’avons pas pu voir qu’il s’agissait de faire ?

Ce sera quoi « la vie d’après » ?

Attendons-nous que l’on nous dise un beau matin (ou plutôt un beau soir, à 18h) : « allez hop, sortez de chez vous, jetez vos masques, embrassez vous, les lieux de loisirs vous ouvrent grand leurs portes, tout ça est terminé !!! » ?!

Qu’attendons-nous de « la vie d’après » ?

Qu’attendrons-nous encore lorsque la situation commencera à se relâcher ?

Que les mesures soient un peu plus… ? Que les règles deviennent un peu moins… ?

Combien de temps encore attendrons-nous avant de (re)vivre ?

Je pense qu’il ne faut pas voir cette période comme un passage, une parenthèse dans nos vies. Parce qu’un an, c’est beaucoup, c’est plus qu’il nous a fallu pour venir au monde !

Et si nous faisions du moment un moment à passer ? Comme un hiver trop froid ou un été pluvieux ?

Ne considérons pas qu’il ait eu une « vie d’avant » et qu’il y aura une « vie d’après », il y a LA vie, qui se doit de faire ce qu’elle peu dans l’époque où elle est.

Et si nous empêchions cette crise de nous clouer sur place ?

Que serait devenu l’humanité si à chaque pandémie, à chaque famine, à chaque guerre, chacun était resté bloqué, si aucun n’avait tenté d’aller de l’avant ?


Tant pis si nous devons revenir sur nos projets, nos envies, tant mieux si nous devons les adapter en cours de route, au moins, nous serons allés de l’avant.

En ce qui me concerne, je refuse d’ouvrir les yeux un beau soir à 18h et de voir que dix ans sont passés...

Et vous, vous attendez ?


72 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout